Ennuis judiciaires de l’He Djènontin : Les révélations du Chargé de mission de Talon, Édouard Loko

220

Inquiété dans le Dossier Coton, alors ministre sous le régime défunt, et son immunité parlementaire levée en 2018, le député Valentin Djènontin-Agossou ne cesse de clamer son innocence, et de n’avoir jamais géré des fonds du Coton ; encore moins eu connaissance du rapport qui l’accable.

Relevant que les accusations à son encontre sont suspectes du moment où les ministres de l’agriculture dans la période de l’audit en question, et même aucun de ses prédécesseurs à la présidence du Comité interministériel de gestion de la campagne cotonnière n’ont nullement été inquiété.

Et mieux, dans la décision du Conseil des ministres qui a fait état de la supposée mauvaise gestion de la filière coton de la période 2013 à 2016, son nom n’a pas été cité.

Actuellement député à l’Assemblée nationale, Valentin Djènotin-Agossou, Secrétaire exécutif national du parti Fcbe, membre de la minorité parlementaire (opposition) était sur le plateau de l’émission Polititia de Africa 24, face à Edouard Loko, Chargé de mission du Président Patrice Talon, le vendredi 05 octobre 2018.

Selon les propos du Chargé de mission, les ennuis du député seraient liés à ses accointances avec le milieu des pasteurs. Relevant l’invasion du secteur Coton dans la période auditée par : «Les pasteurs évangélistes qui maîtrisaient l’Évangile de la ristourne selon saint Thomas. ».

Qui va ajouter : « C’est parce que c’est un baron des églises évangélistes… Je dis qu’il est victime du Yayisme et Yayi Boni lui même avait dit qu’ils sont tous corrompus. » a lâché Edouard Loko sur le plateau.

Chose que renchérie Valentin Djènontin : « Comme il l’a dit c’est du Yayisme ; même le président lui même l’a dit, c’est mon attachement à Yayi qui l’embête…».

Dans la suite de son intervention le député va préciser : «Je n’ai pas représenté les pasteurs au gouvernement par rapport à cette affaire de Coton.».

A B




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *