Entretien avec Joris Thys, Directeur général du port de Cotonou

436

Le Port d’Anvers est l’une  des plus grandes infrastructures portuaires du monde,  un modèle duquel le Bénin s’inspire pour améliorer la compétitivité du Port de Cotonou. A travers cette interview, Directeur général du Port de Cotonou, Joris Thys, venu de la Direction du Port d’Anvers, expose les mécanismes mis en place pour assurer le transfert de compétences et faire du Port de Cotonou, l’un des plateformes portuaires les plus modernes de la sous-région.

L’Actualité : Quelle vision voulez-vous imprimer au Port de Cotonou ?

Directeur général du Port de Cotonou, Joris Thys : On a des objectifs à court terme. Cela se traduit par l’organisation, l’attribution des responsabilités, l’entretien du port. Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas bien faites. On va donc reprendre en main l’entretien dans le port. On va faciliter le contact commercial. On va entrer en discussion avec les clients, avec les usagers du port. On a travaillé sur le plan directeur que nous avons soumis au gouvernement. Cela concerne l’investissement à moyen terme.

Maintenant, on peut commencer par travailler sur l’ingénierie de tout ce projet d’expansion. Il s’agira de préparer le cahier de charges, de lancer l’appel d’offres, de sélectionner le constructeur. Si tout va bien, à la fin de l’année prochaine, nous serons en pleine construction ».

Quels sont les grands dispositifs que vous souhaitez transposer au Port autonome de Cotonou ?

C’est déjà la méthodologie de gérer le port, en tenant compte des besoins du marché. La première phase est focalisée sur le dialogue avec la clientèle portuaire. Nous voulons comprendre leurs besoins dans le futur et les intégrer à notre plan d’adaptation à court terme.

Je peux avouer déjà que les clients sont confiants, au regard de notre mode de gestion du port de Cotonou, de la transparence dans les discussions sur les sujets spécifiques.

Intervenez-vous aussi dans le domaine sécuritaire au Port autonome de Cotonou ?

La question de la sécurité du personnel est une question indivisible dans une gestion. Par le passé, il y a eu un manque de sécurité à l’endroit du personnel. On a pris la mesure de la situation à court terme. Pour nous, c’est une évidence de protéger les gens qui travaillent avec nous. L’accès au port de Cotonou, depuis quelques mois, devient plus contrôlé et cela va être renforcé dans les mois à venir.

Il y a des milliers de dockers qui travaillent et on n’est pas en contact avec eux. Cela sera-t-il pareil à Cotonou ?

L’organisation n’est pas tout à fait différente. Notre rôle en tant qu’autorité portuaire, c’est que nous n’avons pas de relation directe avec les dockers, parce qu’ils sont employés par les entreprises portuaires. Néanmoins, il y a la plateforme portuaire qui joue un rôle très important. Ce sont tous les acteurs du port qui doivent travailler ensemble pour la réputation du port et pour l’accroissement du potentiel.

Le transfert des compétences est-il également prévu dans vos projets ?

C’est le point principal de notre travail au Bénin. Nous allons faire beaucoup de formations aussi bien théoriques que pratiques. Parce que le Port d’Anvers est le grand-frère du port de Cotonou. On fait exactement les mêmes choses. Donc, nous allons montrer aux acteurs portuaires béninois comment le faire. Vous verrez que dans les mois et années à venir, il y aura des échanges d’idées entre les dirigeants d’Anvers et ceux de Cotonou pour mieux assurer le transfert des compétences de manière pratique.

Quelles sont vos ambitions pour le Port de Cotonou ?

C’est d’abord jouer sur les atouts naturels du Port de Cotonou pour l’hinterland, c’est-à-dire, la situation géographique du Port. Si on joue sur nos atouts et qu’on élimine les blocages sur la chaîne logistique, il y aura du trafic additionnel qui viendra automatiquement. Si on élimine les blocages, il y aura un flux naturel qui va être attiré vers notre port. Nous avons l’intention d’insuffler une nouvelle dynamique au Port de Cotonou. 

Magloire DATO, envoyé spécial au port d’Anvers (Belgique)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *