Professionnalisation de l’enseignement au Bénin Claude Azalou-Tingbé propose des pistes de solution

262

Invité sur la télévision Éden TV le mercredi dernier, Claude Azalou-Tingbé a proposé des pistes de solution pour promouvoir l’entrepreneuriat au Bénin. Pour le socio-anthropologue, agronome et biotechnologiste végétal, l’insertion des cours d’entrepreneuriat dans le système éducatif béninois reste la panacée pour lutter contre le chômage au Bénin.

Durant son intervention, il plaidé auprès du Chef de l’État pour l’insertion des cours d’entrepreneuriat dans le système éducatif béninois. <>, va-t-il expliquer. Selon lui, il faudrait que ces élèves puissent être informés de l’importance de l’entrepreneuriat avant de pouvoir développer des idées d’entreprises et des idées d’innovation qui pourront permettre demain, la création de beaucoup de richesses à travers les startups et entreprises. Aussi, insiste-t-il, ces cours d’entrepreneuriat peuvent aussi porter sur les difficultés et contraintes liées à l’entrepreneuriat. Sur ce, l’État pourrait outiller les apprenants sur comment avoir les idées d’entreprises.
Dans la même veine, il a proposé que de la seconde en terminal, ce soit des cours pratiques. En clair, il propose au Gouvernement d’organiser non seulement des master-classes au cours desquels des entrepreneurs béninois chevronnés viendront partager leurs expériences professionnelles avec les élèves, mais aussi des sorties pédagogiques pour que les élèves aillent découvrir le milieu entrepreneuriale et puissent toucher du doigt les réalités du marché de l’emploi. A partir de la 1ère, va lâcher Claude Azalou-Tingbé, chaque élève pourra choisir une filière entrepreneuriale dans laquelle il souhaite avoir plus de connaissances et de compétences. A titre illustratif, il évoque la filière agroalimentaire, production végétale, production animale, graphisme désigner, stylisme, artisanats, etc…
Les avantages de l’insertion des cours d’entrepreneuriat sont: La suscitation des idées d’entreprises et des innovations chez les élèves, l’acquisition par les apprenants, des connaissances et capacités pratiques nécessaires pour la réussite des entreprises, l’augmentation du nombre d’entreprises au Bénin, la réduction du chômage, la réduction du nombre de diplômés sans emploi, la réduction de la pauvreté, la création de richesses pour la société, l’augmentation du PNB et du PIB, la réduction des problèmes sociaux comme la délinquance, le vol, etc.
De tout ce qui précède, il va s’en dire que l’insertion des cours d’entrepreneuriat va tout simplement combler le vide de formation entrepreneuriale pour que les apprenants puissent d’ores et déjà savoir comment faire et quoi faire à la fin de leur cursus.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *