Bénin/Présidentielle 2021: Les acteurs impliqués dans le processus électoral outillés sur la méthode d’observation de la CBDH

107

Le lundi 28 décembre 2020, la Commission béninoise des droits de l’homme (CBDH) en collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie a organisé un atelier de renforcement des capacités des acteurs impliqués dans le processus électoral de 2021. Cet atelier qui s’est déroulé au Centre de Documentation et d’informations Juridiques à Cotonou a connu la participation de plusieurs professionnels des médias de différents organes.
A l’issue de la formation, ceux-ci sont mieux outillés pour une meilleure couverture médiatique des élections en 2021. A en croire le Commissaire Apol Emérico Adjovi, cet atelier vise surtout à entretenir les professionnels des médias, sur la méthode d’observation de la Commission béninoise des droits de l’homme (CBDH) en période électorale.
Abondant dans le même sens, Zakiatou Latoundji, Présidente de l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (UPMB) a remercié les organisateurs qui ont décidé d’intégrer les acteurs des médias dans ce processus. C’est à juste titre qu’elle va insister sur le rôle combien important des acteurs des médias en période électorale. « Ces genres de formations permettent aux participants d’améliorer leurs différentes productions dans la pratique au quotidien. Quitte à permettre à la commission d’être contente d’avoir associé les hommes des médias à ce processus », a-t-elle fait remarquer.
Dans son intervention lors du lancement officiel de cet atelier de renforcement des capacités des acteurs impliqués dans le processus électoral de 2021, le Président de la Commission béninoise des droits de l’homme (CBDH), Clément Capo-Chichi a rappelé que l’atelier sera surtout mis à profit pour échanger avec les journalistes sur le rôle éminnament important qu’ils ont l’habitude de jouer dans le processus électoral. « Nous sommes dans un contexte qui annonce des évènements de plus en plus sensibles. La Commission béninoise des droits de l’homme veut jouer un rôle clé mais également mener un certain nombre d’actions. Nous aurons à instruire des plaintes individuelles et collectives dans le cadre de ce processus électoral sur la violation des droits de l’homme. Et nous voudrions compter sur les journalistes pour une autocensure de certains propos qui seront tenus par des politiques dans le cadre de ces élections. L’aventure commence maintenant pour s’achever au lendemain de la prestation de serment du nouveau président de la République>>, va conclure Clément Capo-Chichi.
Plusieurs communications ont meublé les travaux et ont surtout permis aux participants d’être mieux aguerris pour couvrir les joutes électorales qui s’annoncent.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *