« Les Tontinières » de Erroce Yanclo : Code QR de la tontine sexuelle

213

Quelques coupures de presse la chatouillent, les copains et les voisins la gratouillent, mais à la réalité vous ne l’avez encore jamais embrassé dans la dimension de sa plénitude originelle en tenue d’Ève, nue comme un ver. Quand à la tombée de la nuit, la sensualité devient maitresse et prend possession des sens à fleur de peau.

En vérité, la tontine sexuelle, beaucoup en parlent, vous en rêvez même sans l’avouer, de son extase jouissive et sa perversité juvénile, parfois même puérile (Vous pouvez le confesser au curé), mais vous ne l’avez encore jamais perçue dans son originalité recueillie de première main et mise en scène, de façon à ”doigter” les méandres de ce fléau qui se joue sous nos cieux, parfois au nez et à la barbe de tous dans des établissements scolaires.

Quand de jeunes collégiennes naufragées du système académique, jouent le mélodrame de leur quotidien.

Une virée à deux en toute intimité, dans un canapé sous les lumières tamisées d’un abat-jour au milieu de la nuit, à la découverte de ce ”corps” qui met en scène l’inspecteur Têki, au nom puisé de l’argot fon pour ses techniques dont il est le seul à en avoir le secret, pour dénicher le coupable du crime sans nom, dont on pourrait facilement désigner l’auteur tout trouvé, qui en réalité se révèle ne pas l’être.

Découvrir ces vices et dérives qu’on côtoie ou suspecte et qui se rependent telle une trainée de poudre sans qu’on les saisit dans leur entièreté.

Investi d’une mission d’enquête insolite, au fond du ‘’dé-lit’’, l’auteur Erroce Yanclo entraine, au cœur du plaisir à croquer plein les dents dans ses 191 pages dont on ne se rend pas compte, en les tournant en toute intimité, au coin de la ‘’Rue 1850’’ dans le quartier Vodjè, du célébré musicien Béninois Panthère noir, pour aller ‘’Droit au but’’, afin de savoir que ‘’Jésus n’aime pas ça, hein!’’ chez ‘’Les tontinières’’ dans une ‘’Nuit d’émoi’’ découvrir de Cotonou à Malanville, les réalités d’une société entre crime double de mœurs et de pudeur et victimes innocentes.

Un polar dont les cinq nouvelles policières font de l’auteur une coqueluche, d’avertis de suspens et curieux de chairs fraiches, belles à croquer en toute extase, paru à Les Éditions Encres Universelles de Camille Sègnigbindé.

Lancé samedi 24 juillet 2021 à la Bibliothèque Bénin Excellence de Zogbadjè, il est disponible en librairie au prix de 4.000 F CFA.

Ange BANOUWIN




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *